Retour à la page d'accueil de Environnement Namur

Dès le 1er juin 2018: un pas de plus vers le Zéro Phyto

En matière d’entretien des espaces publics, la législation relative à l’utilisation des pesticides et herbicides sur le domaine public oblige leurs gestionnaires à trouver des alternatives pour gérer les herbes indésirables.

D’une part, depuis le 01 juin 2014 les espaces publics et d’autre part, depuis le 01 septembre 2014 les espaces privés reliés à un réseau de collecte des eaux pluviales ne peuvent plus faire l’objet de pulvérisations. Il en va de même le long des eaux de surface.

Au 1er juin 2018, un nouveau pas vers le « Zéro Phyto » sera franchi et concernera tout le monde. En effet, tant pour désherber les espaces publics que privés, il sera interdit de recourir aux produits phytopharmaceutiques (dont les herbicides) à moins de 50 mètres des espaces fréquentés par des élèves, des hôpitaux publics et privés, des maisons de repos, des lieux accueillant des personnes handicapées et à moins de 10 mètres des aires de jeux, des aires pour la consommation de boissons et de nourriture.

C’est ainsi que ni les services techniques communaux, ni les citoyens ne pourront plus pulvériser sur les voiries, trottoirs ou autres espaces publics en lien avec un réseau de collecte des eaux pluviales.

L’objectif à atteindre ? Une interdiction totale en Wallonie d’utiliser des pesticides sur le domaine public d’ici le 31 mai 2019. C’est pourquoi une série d’Arrêtés wallons réglementent et limitent leur utilisation depuis 2013.

En savoir plus :www.uvcw.be

Namur, s’entretient naturellement

Depuis plus de 10 ans, la Ville de Namur a initié une transition pour changer fondamentalement la manière de gérer ses espaces publics.

Progressivement, les herbicides ont été abandonnés au profit de nouvelles techniques. Parmi celles-ci, le désherbage alternatif et la végétalisation d'espaces auparavant minéralisés. Un bénéfice pour la biodiversité tel que la réapparition de plantes sauvages qui apportent de la couleur, couvrent le sol, accueillent une faune utile et nourrissent les pollinisateurs.

Depuis 2016, la Ville de Namur n’utilise plus aucun herbicide et applique sans modération les modes de gestion alternatifs (désherbage thermique ou mécanique, végétalisation) sur l’ensemble des espaces verts namurois.

En savoir plus : la brochure : "Namur, s'entretient naturellement"


Qu’est- ce qu’un produit phytopharmaceutique ?

Les produits phytopharmaceutiques appartiennent à la famille des pesticides. Il s’agit de produits chimiques et leur danger réside dans leur toxicité.

On distingue plusieurs types de produits phytopharmaceutiques :

- Les herbicides contre les « mauvaises herbes »
- Les fongicides contre les maladies cryptogamiques (= champignons ravageurs)
- Les insecticides contre les insectes ravageurs
- Les acaricides (contre les acariens), les nématicides (contre les vers), les molluscicides ( contre les escargots, limaces,…),…

Qu’est-ce qui est dangereux finalement ?

Les impacts de ces produits sont considérables, ils touchent non seulement l’environnement mais également la santé humaine.

Toute manipulation et utilisation de produits phytopharmaceutiques engendrent des risques pour la santé de l’utilisateur, du consommateur et de l’environnement.

Les impacts sur la santé concernent notamment les enfants, plus sensibles en période de développement, et engendrent essentiellement des cancers, des perturbations endocriniennes, des troubles de la reproduction et des troubles neurologiques.

Les impacts sur l’écologie concernent la destruction sans discernement et directe de nombreuses espèces, la pollution des nappes d’eau souterraines et de surfaces, la dégradation du cadre de vie, la banalisation des espaces.


Le paysage wallon de la gestion des espaces publics est entré depuis 2014 dans une phase de profondes modifications du fait de l’interdiction d’ici au 31 mai 2019 du recours aux produits phytopharmaceutiques (dont les herbicides) pour l’entretien ou la gestion de ces espaces.